Retour à la liste des émissions
 
par Souleymane Coulibaly dit Solo Soroet Guillaume Thibault
Écouter l'émission du mardi 17 juillet 2007

 
Enregistrer l'émission
(Faire un "clique-droit" puis "enregistrer sous")
 
 


L'Algérie (1)

Nous sommes à Alger, au bord de la méditérranée. Le soleil, ce soleil qui “tue les questions”, inonde la ville d’une lumière prometteuse...

Prenez place, en compagnie d'Idir et Amazigh Kateb, au 2ème étage de notre salon du thé.

Et sur un air de chaâbi, laissez-vous conter ce pays "où l’humour, la musique et la poésie tiennent lieu d’exutoires pour tous les maux."

Tahia El Djazair, Vive l’Algérie !

Programmation musicale

Cheikha Rimitti : Nouar
album : Nouar
(Gafaïti/ Sonodisc . 2000)
Le site de Cheikha Rimitti

Khaled : Ya Dzayer
album : B.O. Indigènes
En savoir plus

Archives sonores : Accords d'Évian - Rheda Malek
album : Afrique : une histoire sonore 1960-2000
(RFI/INA)
En savoir plus


Dahmane El Harachi : Ya Rayah
album : BO Mémoires d’Immigrés
(Bandits . 1998)
En savoir plus sur Dahmane El Harachi et le Chaabi

Hadj Mohammed Elanka : Elhmane
album : Le chaâbi vol.5
(Club du disque arabe . 1992)
En savoir plus

Nadia Benyouceff & Abdelkader Chaou : Haramtou Bik Nouassi
album : Le chaabi moderne
(CADIC . 1994)

Orchestre National de Barbès : Alaoui
album : Orchestre National de Barbès en concert
(Tajmaat . 1997)
En savoir plus
  Livre


Mohamed Ali Allalou, Aziz Smati,
Jean-Pierre Vallorani (photos)
Alger nooormal

"Raconter Alger. Par où commencer ? A quels témoins se fier ? C’est sûrement par la parole prise dans la langue de ses enfants : artistes, écrivains, poètes et autres personnages anonymes que El Bahdja peut se livrer dans toute sa beauté et diversité.

Le photographe marseillais Jean-Pierre Vallorani est parti, en compagnie de deux fins connaisseurs de l’héritage musical d’Alger, Mohamed Ali Allalou et Aziz Smati, à la rencontre d’une ville où l’humour, la musique et la poésie tiennent lieu d’exutoires pour tous les maux. De la joie de vivre aussi. Les découvertes sont surprenantes, les témoignages éloquents. Les photographies sont ponctuées d’entretiens et de commentaires coordonnés par une plume exquise, celle du journaliste et écrivain Mustapha Benfodil. Avec la touche graphique de Béatrice Fixot, textes et images enrichis en sonorités dévoilent Alger au grand soleil de la Méditerranée." (Amine Khaled)

Avec un CD d’une heure (26 mn pour un demi-siècle d’histoire de la musique et le reste consacré aux bruits de la rue et à des extraits d’interview.)

Une telle visite pour 26 euros, c’est cadeau !!

éditeur : Françoise Truffaut éditions
parution : 2005

  Disques


Gnawa Diffusion
Fucking cowboys

Après 11 ans de scènes, les paroles et la musique de ces « insoumis » restent l’une des réussites de la fusion Maghreb, reggae, ragga, rap avec l’humour et l’insolence en prime : crépitements rythmiques, mélodies sensuelles, attitude incorruptible et refrains libertaires, c’est tout l’esprit de Gnawa Diffusion qui nous revient avec intensité avec ce CD / DVD live enregistré lors de leur concert anniversaire à l'Elysée Montmartre le 25 novembre 2006 pour leur 10 ans de discographie.

« Fucking cowboys » fait l’événement car il marque la fin d’un groupe talentueux...et le début d'autres bien belles aventures...

label : D'jamaz - Uncivilized World / Discograph
parution : 2007



Idir
La France des couleurs

La France des couleurs, le nouvel album d’Idir, est dans les bacs depuis le mois de juin. Les fans du chanteur algérien attendaient ce moment depuis 1993, date à laquelle était sorti Les chasseurs de lumière, son dernier album original. C’était son troisième… en vingt ans. Depuis, il a collaboré avec Khaled, Goldman ou Cheb Mami, et a même enregistré un album de reprises de ses succès, avec de talentueux invités, sur Identités. Mais pas de titres originaux. Au point qu’un fan plein de respect lui a demandé de façon un peu abrupt, en 2001, lors d’un concert promotionnel parisien, si « la source Idir s’est tarie ». Elle ne s’est pas tarie mais Idir n’en contrôle pas le débit. Alors il attend. Et si l’inspiration n’est pas au rendez-vous, les nombreux fans de l’enfant d’Aït Lahcène, dans la région de Tizi Ouzou, sont toujours honorés de faire un tour de chant avec lui. Dans La France des couleurs, ce sont des dizaines d’artistes, de Tiken Jah Fakoly à Nadiya, en passant par Yannick Noah, Akhenaton, Grand corps Malade et… Zinédine Zidane, qui l’ont rejoint. Même Sarkozy et Royal l’ont sollicité pour les présidentielles. A croire que le premier n’avait pas écouté son dernier opus : le chanteur français Guizmo s’y demande « ce qu’a fait l’homme du ministère » et se désole avec Idir : « Ma terre de France a expulsé mon père... »

Lire l'article de Saïd Aït-Hatrit pour Afrik.com : http://www.afrik.com/article11855.html

label : Sony/BMG
parution : 2007

  Vidéos


Mémoires d'immigrés
Yamina Benguigui

Les témoignages de ceux qui sont les acteurs -souvent oubliés ou muets- de ce qui constitue aujourd'hui les racines d'un débat national : l'immigration maghrébine. Non seulement les immigrés eux-mêmes, les pères arrivés les premiers, les mères venues les rejoindre et leurs enfants nés en France, la fameuse "deuxième génération". Mais aussi ceux qui ont favorisé ou organisé leur venue en France, pour des raisons, et dans des conditions, qui sont aujourd'hui occultées, ou tout simplement oubliées.

7 d'or du Meilleur documentaire 1997

Yamina Benguigui : à propos de Mémoires d'immigrés
« Je voulais redonner de la dignité à ces immigrés Maghrébins dont on a oublié le passé et les conditions dans lesquelles ils ont été accueillis en France. Je suis née ici, issue de parents algériens. Mes parents, et tous ceux des enfants des banlieues, des beurs comme on dit, sont toujours restés dans l'ombre. Jamais on ne les a laissés s'exprimer sur leur passé. Dans ma famille, il y avait quelque chose de honteux à parler de cette immigration. De ce fait, on se taisait. Et nous, enfants d'immigrés, ne savons rien de la réalité. L'ignorance est dangereuse. Il faut retrouver notre histoire pour mieux comprendre notre double culture, et la faire connaître aussi aux Français de souche. »

Documentaire
éditeur : Bandits Productions / Canal+
parution : 1997

  Liens

La guerre d’Algérie a commencé à Sétif
"Le 8 mai 1945, tandis que la France fêtait la victoire, son armée massacrait des milliers d’Algériens à Sétif et à Guelma. Ce traumatisme radicalisera irréversiblement le mouvement national..."

(Article de Mohammed Harbi pour Le Monde Diplomatique -2005)


Dossier complet sur la Guerre d'Algérie
La guerre d’Algérie (1954-1962) reste un épisode douloureux de l’histoire commune algéro-française. Les blessures ne sont pas encore refermées et les séquelles ressurgissent régulièrement. Afrik.com publie une série d’articles qui ont suivi l’actualité du sujet depuis 5 ans, explorant les thèmes de la torture, le problème harki ou encore la mémoire.


Amazigh Kateb, l’homme libre
Amazigh Kateb porte bien son prénom et son nom. Homme libre, trublion de la musique, chanteur et musicien doué, parolier profond, il est le leader du groupe Gnawa Diffusion, qu’il a créé en 1992 à même pas 20 ans. Le fils de Kateb Yacine refuse d’être catalogué et poursuit avec fougue son exploration du gnawi traditionnel, qu’il mixe au ragga ou au rap. Rencontre à Alger avec le plus africain des Algériens.

(Olivia Marsaud pour Afrik.com - septembre 2004)


Alger en musique
"Alger est un chant pour ceux qui savent écouter sa musique. Elle est une ville musicale où les femmes, d'abord, chantent, depuis toujours, derrière des volets clos ou sur des terrasses discrètes, des comptines sans âges, des complaintes datant, parfois, du temps de l'ancienne guerre et des berceuses venues de temps immémoriaux. Alger chante - dans les manifs et les marches pacifiques, souvent durement réprimées - son refus de la mort sous les galons des militaires et les barbes de la dévotion zélée. Elle chante sur les rochers de la baie, à Bab-El-Oued, du côté de Padovani et de Rocher-Carré..."