Retour à la liste des émissions
 
 
par Vladimir Cagnolari et
Souleymane Coulibaly dit Solo Soro
 
Écouter l'émission du
mercredi 19 juillet 2006





Enregistrer l'émission

(Faire un "clique-droit" puis "enregistrer sous")
 
   
L’école et les étudiants
L’étudiant, comme le franc cfa, a-t-il été dévalué ? Les grandes heures des décennies 60-80 où les soirées des étudiants africains brillaient de mille feux semblent révolues.
Autrefois, être étudiant était un statut social enviable. Il faut dire que la population estudiantine à décuplé depuis les années 60, et les universités ont rarement été en mesure de suivre…Quant à l’éducation de base, elle a subi de pleins fouet les plans d’ajustement structurels du FMI…Mais il reste un peu partout une foi en l’école comme moyen de progrès et d’ascension sociale.

Principales escales : Nigeria, Mali, Congo-Brazzaville, Ghana, RD Congo.

Intervenants : Zao (Congo-Brazza), Didier Awadi (Sénégal).
 
   
 
Programmation musicale

PRINCE NICO MBARGA : Free education in Nigeria
album: Aki Special
Rounder Records (1987)

IDRISSA SOUMAORO : Lacoli Karamogo
album: Köte
Syllart (2003)

C'est avec cet album que Idrissa Soumaoro a remporté, en 2004, le Prix RFI Musiques du Monde.
sur le net: Tout savoir sur Idrissa Soumaoro

ZAO : Ancien combattant
album: Ancien combattant
Mélodie (1984)

sur le net: Tout savoir sur Zao

FITINI : L'école ivoirienne
album: Tout mignon
Kiki Toure

DIDIER BILE et les parents du campus : Gboglo koffi
album: Du zouglou au coupé décalé
RFI Musique (2006)

sur le net: Le site de Didier Bilé

ARM : Pays merdique
album: Lubumbashi 2005 - Musiques du Katanga
Espace Culturel Francophone de Lubumbashi (2005)
  Liens

Génération Zouglou
Rejeton de la crise universitaire, sociale et politique qui, en 1990, secoue la Côte-d’Ivoire entière, le zouglou est une création musicale des étudiants en révolte contre la société. Le zouglou se chante en français populaire ivoirien et en nouchi, le langage des jeunes de la rue. Plusieurs facteurs contribueront à en élargir l’audience, donnant à la Côte-d’Ivoire la première musique nationale de son histoire : l’élaboration progressive d’un répertoire basé sur des chansons drôles et humoristiques, la résonance sociale des thèmes abordés, l’essor de la cassette audio remplaçant le disque vinyle, le soutien des radio FM nationales et internationales...

Yacouba Konate, Génération zouglou, Cahiers d'études africaines études et essais, 168, 2002.
  Disques


ZAO L'aiguille
Lusafrica / Sony-BMG (2006)

Deux ans d’efforts pour reformer un orchestre sont couronnés par ce nouvel album enregistré à Brazzaville. Zao y épingle un nouvel insecte à son bestiaire : “Mouche”. On se gondole sur ses blagues : “Elle a deux diables”, “Ze t’aime”. Et sa verve incisive transparaît derrière les peintures burlesques de la société africaine que sont “Virginité”, “Mon Enfant” ou “L’aiguille”. « Les chansons me viennent de je ne sais où, mon cerveau travaille et j’écris, dit Zao. Je ne chante que la vérité. Je suis le produit de la société qui me façonne et je m’inspire de ce qui se passe. Il faut bien dénoncer ce qui va de travers, mais je ne veux éclabousser personne, seulement laisser des traces. » Pour son nouveau départ, rendons justice au talent de Zao, artiste au rôle salutaire.